Enseignants Les meilleures méthodes pour enseigner les mathématiques à vos collégiens
Les meilleures méthodes pour enseigner les mathématiques à vos collégiens

Les meilleures méthodes pour enseigner les mathématiques à vos collégiens

Les méthodes pour enseigner les mathématiques

Comment intéresse-t-on des ados ou des pré-ados aux mathématiques ? Les techniques évoluent régulièrement, des expérimentations sont conduites chaque année, alors on vous propose un petit tour d’horizon des tendances et autres trucs & astuces.

La classe inversée

Kezako ? La classe inversée consiste à ce que le cours soit vu à la maison grâce à des capsules vidéo et des contenus interactifs. C’est en classe que sont faits les exercices, des activités en groupe, des projets appliqués motivants. Le tout avec une aide personnalisé du professeur rendu plus disponible pour circuler dans la classe parce qu’il passe moins de temps au tableau ! Simple mais révolutionnaire !

Les expériences conduites jusqu’ici ont montré qu’il était nécessaire de varier souvent les activités pour ne pas retomber dans les routines d’ennui qu’avaient pu créer les méthodes traditionnelles et de disposer des outils et ressources adéquats. Pour le reste, tout semble indiquer que l’autonomie de l’élève, l’écoute plus attentive du professeur, l’ambiance de classe, permettent de meilleurs résultats.

Jeux sérieux et jeux vidéos

S’il n’est pas nouveau en soi d’amener le jeu en classe, il faut reconnaître que « gamification », « serious game » et « numérique » sont devenus des mots à la mode dans le milieu de l’enseignement, comme en témoigne le déploiement du Plan Numérique.

Les applications et jeux vidéo à vocation pédagogique se sont très largement développés ces dernières années. Il est devenu relativement aisé de trouver des activités et des ressources numériques, néanmoins toutes ne se valent pas. Pour être efficace, il ne suffit pas de juxtaposer la dimension ludique et la dimension pédagogique : il faut les mettre en cohérence. Et lorsque c’est le cas, les résultats sont là : motivation, immersion, apprentissage par l’action.

Il est aussi possible de créer des méthodes originales à partir de jeux vidéo qui n’ont pas de vocation pédagogique initialement. Vous connaissez Minecraft ? C’est un jeu aux règles simples, un peu l’équivalent jeu vidéo des lego : avec des briques et des matériaux basiques, on peut tout construire. Des professeurs américains ont développé des méthodes pour utiliser Minecraft à des fins pédagogiques : notions d’aire et de périmètre, ordre des opérations… Les premiers constats pointent le fait que les élèves sont plus impliqués et plus intéressés. Des ressources sont disponibles sur internet pour vous aider bâtir des séquences de cours à partir du jeu.

Pour autant, le numérique ne signe pas la fin des méthodes dites plus « traditionnelles » !

De l’art d’amener les notions

L’idée est d’amener les notions et les définitions uniquement lorsqu’elles sont mises en contexte et utiles. Par exemple, plutôt que d’aborder la géométrie en commençant par un chapitre de vocabulaire sur les droites, les demi-droites, les angles… il peut être intéressant de préférer entrer directement en matière sur les positions relatives de deux droites et n’amener la définition qu’à ce moment-là. Bref, ne pas entrer directement dans la théorie mais commencer par un cas pratique. Idéalement même un cas concret. La notion prend mieux son sens parce qu’elle est appliquée, les élèves en perçoivent mieux l’intérêt de ce manière.  De cette manière, on renverse un peu la démarche plus courante qui consiste à commencer par la théorie puis son application dans des exercices-type.

Amener l’élève à choisir lui-même la bonne méthode

Cas d’école : pour le calcul d’un produit de deux fractions, que font des élèves de sixième ? Ils ne simplifient pas et se lancent bille en tête avec des calculs longs, fastidieux (et donc souvent faux). Comment les amener à utiliser la simplification ? Comment les amener à choisir et utiliser la bonne méthode ? Cela ne suffit pas de leur dire que c’est plus rapide et plus simple, il faut qu’ils l’expérimentent, qu’ils soient convaincus du bénéfice de la démarche.

Le déroulement de l’activité pourrait être la suivante :

  • Faire calculer chaque élève un produit de deux fractions « compliquées » et demander la solution simplifiée. La plupart des élèves ne vont pas simplifier avant de calculer le produit.
  • Mettre ensuite en commun les résultats (et leur vraisemblable variété),
  • Refaire au tableau le produit sans simplification initiale, puis avec la méthode de la simplification.
  • Désigner ensuite deux groupes, dont l’un utilisera une méthode, et l’autre groupe, l’autre méthode.

Résultat ? Les élèves arriveront eux-mêmes naturellement à la conclusion de quelle méthode est la plus pratique et la plus efficace, sans que n’ayez à répéter encore et encore des conseils qu’ils n’ont pas expérimenté.

Dans cette même veine, citons l’importance des activités de recherche pour faire découvrir et comprendre à l’élève à quel besoin initial répond une notion nouvelle, découverte dans le cadre de l’exercice.

Toutes ces techniques convergent vers une même pratique centrale : mettre ou remettre l’élève dans une position d’acteur et pas seulement d’apprenant passif.

cta-offre-5

Pour en savoir plus