Parents Protégez votre pré-ado des risques du web
Protégez votre pré-ado des risques du web

Protégez votre pré-ado des risques du web

Les risques du web pour votre pré-ado

Âgés entre 8 et 12 ans, les pré-ados demandent comme leurs aînés à accéder aux merveilles du numérique. Mais si la question des dangers du web se pose déjà pour des adolescents légèrement plus « mûrs », la question est encore plus cruciale pour leurs cadets. Une étude américaine indique que 90 % des enfants de neuf ans ont déjà utilisé internet et qu’un enfant de douze ans sur trois a déjà un profil Facebook.

Les pré-ados veulent eux aussi accéder aux plateformes de socialisation, aux contenus vidéos et aux jeux en ligne… que faut-il leur répondre ?

Quels sont les dangers ?

Le premier danger, qui vaut d’ailleurs aussi pour des enfants un peu plus âgés, est l’exposition volontaire ou involontaire à des images qui ne sont pas adaptées son âge. Ces images (pornographie, violence…) peuvent être traumatisantes et trois enfants sur dix ont déjà été confrontés à ce genre de situation.

Si elle existe, la menace des prédateurs adultes pour cette tranche d’âge est néanmoins relativement réduite. Anne Collier, co-fondatrice du site ConnectSafely, indique en effet que « cette tranche d’âge n’est pas la cible principale des prédateurs. C’est une crainte légitime, mais démesurée. Le vrai danger à cet âge est la cyber-intimidation ». La cyber-intimidation ou cyber-harcèlement prend la forme d’insultes, de moqueries, de publication de photos ou vidéos sans consentement… et peuvent conduire à des pressions sociales aux conséquences dramatiques.

Quelles actions mettre en place ?

Quelques règles simples peuvent éviter ce genre de situations.

Accompagner votre pré-ado

Cette première mesure devrait être la règle d’or : l’accompagnement !  Un pré-ado n’est pas un ado et encore moins un adulte, il ne devrait pas pouvoir avoir accès à une navigation sur internet lorsqu’il est seul. L’idéal est de rester autant que possible à proximité de votre enfant lorsqu’il surfe, en installant par exemple un ordinateur familial dans une pièce commune.

Discuter et expliquer

Il faut aborder au plus tôt les questions de confidentialité des données et expliquer comment on maîtrise ces paramètres sur les réseaux sociaux. Il est indispensable d’expliquer que sur internet, rien n’est jamais totalement privé et rien ne disparaît. Des photos prises parce que c’était « marrant » peuvent avoir de très lourdes conséquences.

Sans nécessairement utiliser le terme, parlez également de la cyber-intimidation et du harcèlement en ligne, en lui posant des questions : « est-ce que ce que tu fais sur internet peut faire du mal à quelqu’un ? Lui nuire d’une manière ou d’une autre ? Est-ce que tu as déjà eu des mauvaises expériences sur internet ? T’a-t-on déjà dit des choses qui t’ont blessé ? ».  Apprenez-lui à réfléchir avant de publier quelque chose : « est-ce qu’on peut utiliser ce que tu publie pour te faire du mal ? Est-ce qu’en publiant une photo d’un ou d’une amie, cela pourrait lui nuire ? ».

C’est en discutant et en échangeant avec votre pré-ado que vous êtes en mesure de poser les bases de son autonomie, car vous ne serez pas toujours derrière lui pour vérifier ce qu’il fait. Il doit savoir comment se comporter et agir sur internet pas seulement parce que vous avez fixé des règles mais parce que vous lui avez appris comment utiliser internet dans le respect de soi et des autres. Autrement dit, vous lui avez transmis les valeurs et les codes de la bonne conduite sur internet : tolérance, bienveillance, ouverture d’esprit.

Fixer des limites

C’est à vous de les déterminer en fonction des autres activités et de la maturité de votre enfant : pas d’internet pendant la semaine, ou alors seulement 45 minutes avant 19h, jamais plus de deux heures de suite, pas de téléphone à table…

Utiliser les outils

N’hésitez pas à utiliser les outils à votre disposition pour limiter l’accès à des logiciels ou des applications et bloquer l’accès aux sites que ne sont pas adaptés à l’âge de votre pré-ado. Il existe pour cela des logiciels de contrôle parental ad hoc ou le contrôle des fournisseurs d’accès à internet aussi bien en termes de contenu que de temps de connexion. Mais ces dispositifs ne doivent pas remplacer l’accompagnement et la discussion.

Vous pouvez consulter nos articles sur la manière de sensibiliser votre enfant aux risques des réseaux sociaux et nos conseils pour gérer le temps d’écran.

cta-10-ressources-numeriques-pour-aider-votre-enfant-dans-sa-scolarite

Pour en savoir plus