Enseignants Sensibiliser son ado aux risques des réseaux sociaux
Sensibiliser son ado aux risques des réseaux sociaux

Sensibiliser son ado aux risques des réseaux sociaux

Les risques des réseaux sociaux

Très facile d’accès et intuitifs, les réseaux sociaux sont un incontournable de la sociabilité des adolescents en 2016. D’après une étude suisse menée en 2014,  89% des adolescents ont un profil sur un réseau social – les plus plébiscités étant Facebook et Instagram – et 78% d’entre eux se rendent sur l’une de ces plateformes tous les jours ou plusieurs fois par semaine.

Des chiffres inquiétants

Selon une étude de la CNIL :

  • 18% des 8-17 ans ont déjà été insultés sur internet
  • 36% des 8-17 ans ont déjà été choqués par certains contenus : à caractère sexuel, violents, racistes, homophobes, misogynes… Et seuls 10% d’entre eux en ont parlé à leurs parents
  • 1 enfant sur 2 aurait été abordé par des inconnus en ligne

Les enfants et les adolescents sont le public le plus exposé aux dangers liés à l’utilisation d’internet en général et des réseaux sociaux en particulier : contenus inappropriés à un jeune public, diffusion d’informations fausses ou de propos offensants, prédateurs, menace, chantage, publication en ligne de photographies ou de vidéos sans consentement de la personne concernée…  lesquels peuvent parfois avoir des conséquences tragiques.

Mais pas de panique !

Il faut nuancer un peu ce portrait des risques sur internet.

Une étude américaine de Microsoft Research a montré que finalement, les adolescents acceptent peu de faire entrer des inconnus dans leur vie sociale virtuelle : « La plupart des jeunes n’aiment pas parler avec des inconnus […]  Ils s’en tiennent à leur désir fondamental d’adolescent : voir leurs amis, parler avec eux de leurs expériences et de ce qu’ils connaissent […] tout ça à l’abri des parents. »

Par ailleurs, votre ado est peut-être plus informé et conscient des enjeux que vous le ne croyez : 81% des jeunes utilisent des mesures de protection et des restrictions de visibilité, sur Facebook notamment. L’exemple de Snapchat – application qui permet d’envoyer des photos qui ne s’affichent que quelques secondes avant de disparaître – est éclairant. Avec Snapchat, ils contrôlent leur intimité. On évoque souvent le cas des photos de nudité partagées sans le consentement des concernés… et on oublie combien d’adultes s’y sont fait prendre !

Dans tous les cas, c’est à vous en tant que parent de prendre la problématique à bras le corps : donner un cadre, informer sur les dangers, être présent et à l’écoute en cas de problème.

Contrôler ce que fait mon ado

Faut-il utiliser un contrôle parental ?

Les logiciels de contrôle parental sont pensés pour limiter l’accès à certains sites (pornographiques, violents ou dangereux), en revanche, ils ne sont pas pertinents pour les réseaux sociaux. Du reste, le contrôle parental ne remplace pas la communication et votre présence, et rien ne dit que votre ado ne trouvera pas les moyens de contourner les dispositifs. En revanche, il peut être utilisé pour limiter le temps que passe votre enfant sur internet.

Etre ami sur Facebook ?

Faut-il être sur Facebook pour surveiller ce qu’y fait votre ado ? Fausse bonne idée. Il ne faut pas forcer votre enfant à vous accepter comme « ami », et quoi qu’il en soit, il maîtrisera les options de restrictions de partage aussi bien ou mieux que vous. Résultat ? Vous ne verrez de toute manière pas ce que votre ado ne veut pas que voyiez.

Au final, il faut travailler sur votre désir de contrôler tout ce à quoi votre ado pourrait avoir accès. Cette attitude est une importante source de conflits en plus d’être inefficace : votre enfant saura trouver les moyens de contourner vos restrictions.

Communiquer et informer

Une règle de base qui vaut pour internet comme pour tout le reste : la communication ! Discutez avec votre ado pour savoir ce qu’il fait sur internet, les sites sur lesquels il aime surfer et ce qu’il y a vu d’intéressant, posez des questions, dialoguez ouvertement et sans préjugés, positionnez-vous clairement comme étant là pour aider en cas de harcèlement ou chantage, et enfin proposez lui de s’informer.

Deux idées de supports de prévention

Bandes dessinées

Bandes dessinées gratuites destinées à informer de manière ludique sur les dangers et risques d’internet.

Serious game/film interactif sur Youtube

Dans la peau d’une ou d’un ado, le joueur est amené à faire des choix et décider de la suite de l’histoire, un peu comme « l’Histoire dont vous êtes le héros ».  Différents scénarios mettent en scène les problématiques de l’usage d’internet et des réseaux sociaux : harcèlement, sexting, happyslapping.

Et si vous n’êtes pas familier de l’utilisation des réseaux sociaux, informez-vous  en priorité!

 

8-rdv-culturels-a-faire-avec-votre-ado

 

Sources