Enseignants Le soutien scolaire participe-t-il aux progrès de vos élèves ?
Le soutien scolaire participe-t-il aux progrès de vos élèves ?

Le soutien scolaire participe-t-il aux progrès de vos élèves ?

Le soutien scolaire

Le soutien scolaire en France, ce sont environ 40 millions de cours particuliers qui sont donnés chaque année. Le Centre d’Analyse Stratégique a conduit une étude en 2013 et pointe que ce ne sont pas nécessairement les élèves le plus en difficulté qui y ont recours, ce sont surtout ceux avec un niveau moyen, voulant intégrer une filière spécifique ou avec des objectifs de performance. Les élèves bénéficiant de soutien scolaire y passent en moyenne une heure et demie par semaine, tout au long de l’année, ce qui représente à la fois une charge financière pour les parents mais alourdit également l’emploi du temps des élèves.  A tout point de vue, le soutien scolaire est un investissement… mais pour quels résultats ?

Qualité et finalité du soutien scolaire

La moyenne des élèves suivant des cours particuliers est un des rares indicateurs fiables pour mesurer les résultats des cours particuliers. 8 parents sur 10 estiment que le soutien scolaire a eu un impact sur la moyenne de leur enfant. Mais qu’est-ce qui fait la différence entre un soutien scolaire qui tient de la “perfusion”, du soutien scolaire qui donne réellement les moyens à l’élève d’acquérir une autonomie d’apprentissage ?

Le “bon” soutien scolaire ne doit pas se contenter de faire réviser et faire des exercices. Le soutien scolaire idéal transmet la méthode qui permet à l’élève de s’en “sortir” sans tuteur et développe la confiance en soi dont il a besoin pour ne pas se décourager face aux difficultés. C’est seulement ce travail de fond qui peut permettre de créer les conditions d’une réussite durable et pas seulement un rétablissement temporaire des notes.

Le soutien scolaire s’inscrit donc aussi dans une démarche « organisationnelle » dont le collégien doit faire l’apprentissage: prendre des notes lisibles en cours pour ne pas perdre du temps au moment de la révision, gérer son temps, faire des fiches, anticiper les devoirs maison et autres préparations de contrôles. Certains organismes de soutien scolaire se sont d’ailleurs lancés dans des cours et stages entièrement dédiés aux problèmes de méthodes de travail.

Le soutien scolaire au collège

On l’appelle plus communément accompagnement éducatif, il se fonde sur le volontariat de l’élève (plus ou moins encouragé par ses parents ou ses professeurs), encadré par des enseignants volontaires ou des assistants pédagogiques. A la différence du soutien scolaire privé, il est dispensé dans le cadre du collège, de manière gratuite, et en groupe. Ce temps d’accompagnement éducatif est souvent orienté vers l’aide aux devoirs,  sous forme d’une « étude dirigée », mais peut aussi permettre à l’élève de trouver l’aide méthodologique dont il pourrait avoir besoin.

S’il est relativement difficile d’obtenir des données sur l’efficacité des cours particuliers, l’accompagnement éducatif a quant à lui démontré sa valeur. Suite à l’implémentation du dispositif, les chefs d’établissements ont noté une amélioration, à la fois des notes, des comportements et de la motivation des élèves.

Les risques de surcharge

Souvent, le soutien scolaire se poursuit toute l’année et tord le principe d’autonomisation de l’élève puisqu’il est tutoré en permanence. Les psychologues de l’éducation ne recommandent pas des cours de soutien au-delà de 3 semaines à 1 mois. S’ils se poursuivent de manière continue en parallèle du collège, au lieu de donner à l’élève la confiance en ses propres capacités, les cours particuliers peuvent au contraire stresser et démotiver, avec des journées qui n’en finissent pas. L’adhésion de l’élève au soutien scolaire est également cruciale : si c’est une corvée de plus, il y a peu de chances que le niveau de l’élève s’en trouve amélioré. Bref, en la matière, le mieux est souvent l’ennemi du bien…

En conclusion

Est-ce que le soutien scolaire participe aux progrès de vos élèves ? Question épineuse car de nombreux facteurs entrent en ligne de compte. L’objectif déjà. Rattraper des lacunes, maintenir un niveau, faire faire les devoirs, viser l’excellence… toutes les motivations ne sont pas les mêmes et il en va ainsi aussi des résultats. Selon une étude, malheureusement un peu vieille puisque datant de 1994, deux-tiers des parents ayant eu recours aux cours particuliers ont constaté une amélioration.

cta-offre-5

Pour en savoir plus